portrait charlotte adam

Gracieuse interview de Charlotte Adam

Charlotte Adam a écrit plusieurs romans policiers. Je vais mener l’enquête sur cette mystérieuse autrice à bord de ma table de kiné. Hop hop hop !

LUNDI – Jour de la lune – On commence la semaine ! Hop hop hop ! 7 questions sur… Toi. Présente-nous l’Auteur / Autrice

 

Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse pas.

 

 

1.    As-tu un(e) assistant(e) comme moi ? (dans ta vie personnelle, professionnelle, pour toute tâche ingrate, etc.)

Hélas non, je me débrouille toute seule… Ce qui me va bien finalement parce que ça me permet de faire les choses à mon idée, dans les délais que je me fixe, avec ma manière de faire… Je suis assez exigeante, et je peux changer d’avis rapidement, alors je pense qu’un(e) assistant(e) deviendrait vite dingue avec moi ! Et là au moins, si quelque chose est mal fait, je sais à qui m’en prendre !

 

 

2.    Quel est ton objet fétiche ? (Stylo, chaussettes, bouteille de bière, etc.) Explique-nous.

Ma clé USB, qui contient mes écrits (j’ai des sauvegardes ailleurs, rassurez-vous. Si je me fais braquer par quelqu’un qui exige mon sac à main, alors que ma clé est dedans, j’aurai ainsi moins d’hésitation à le lui céder. Oui, j’ai vraiment pensé à ce cas de figure, sans doute une déformation quand on écrit des histoires de crimes…).

Il y a quelques temps j’avais acheté une mini-clé USB très mignonne et très très petite mais avec une grande capacité de stockage. Problème : je la cherchais tout le temps, elle se glissait dans mon sac, dans le pot à crayons… Trop de stress à chaque fois, j’ai fini par en prendre une plus grande que je retrouve tout de suite.

 

 

3.    Je te propose une soirée avec un auteur, quel est ton programme ?

Tout dépend de l’auteur. Mais je pense que je vais d’abord l’assaillir de questions sur son parcours, son univers, la vision qu’il a de ses personnages, ses projets en cours, ce qu’il n’a jamais révélé aux lecteurs… Après deux bonnes heures d’interrogatoire, je pense qu’il en aura assez, mais à ce moment je sortirai ma petite liste, préparée à l’avance, de « questions à ne pas oublier » et tout recommencera… Ah oui, je lui demanderai aussi des conseils tirés de son expérience, bien sûr !

 

 

4.    Un lecteur idéal ? Raconte-le. Un authentique, un vrai, élevé au bon grain.

Celui (ou celle) qui n’a pas peur de se lancer à corps perdu dans un de mes bouquins. Qui lâche prise, qui se prend au jeu, qui se laisse glisser dans l’histoire et finit par considérer les personnages comme des personnes réelles. Ensuite, bien sûr, ce lecteur parfait laissera un avis de lecture sur un site où on peut se procurer le livre, afin de donner envie à d’autres. Et vous savez, ce genre de lecteur/trice existe bel et bien, j’en ai rencontré plusieurs.

 

 

5.    Un de tes personnages à nous présenter : que voudrais-tu lui dire ?

Marina, elle est le principal personnage féminin de ma série « Tuer n’est pas vivre » qui se déroule dans les milieux mafieux new-yorkais. Son père, Tony Rezzano, tient un restaurant italien, mais c’est aussi un des parrains du quartier. Pas facile pour une jeune femme de trouver sa place dans cet environnement, surtout que Marina a un fichu caractère (ne change pas, Marina, je t’aime bien comme ça !) et qu’elle va se retrouver dans des histoires pas très nettes… Ah oui, petit détail qui ne simplifie pas les choses, Marina a un faible pour un ami de son père, tueur à gages de profession, nommé Wade… Donc, Marina, si tu m’écoutes, essaie d’être un peu moins impulsive, de réfléchir davantage avant d’agir sous le coup de l’émotion (et ne me dis pas que c’est moi, ton autrice, qui t’a transmis ce trait de caractère, on ne parle pas comme ça à son autrice !).

 

6.    Décris-nous ta position préférée. Pour écrire ?

Le plus mal installée possible souvent ! Assise par terre, l’ordinateur sur les genoux (mon dos râle). Pourquoi ? Non, je ne suis pas maso. Mais quand j’ai une idée, une envie d’écrire, c’est maintenant, tout de suite que je dois m’y mettre. Là où je suis. Et puis, je me dis que j’en ai pour dix minutes pour écrire mon idée… Sauf qu’une autre idée pointe le bout de son nez et une heure plus tard je suis toujours dans une position inconfortable. Bon, il m’arrive tout de même d’écrire bien installée sur mon bureau, assise sur une chaise. Je fais des efforts !

 

 

7.    Portes-tu une tenue particulière pour écrire ? Satin, dentelle, coton ?

Cela dépend de ce que je porte au moment où l’envie d’écrire survient. Pas question de lâcher « l’idée » en prenant cinq minutes pour me changer. J’ai donc écrit dans toutes les tenues je crois : jogging, tenue de soirée, nuisette, robe de chambre, tenue décontractée… J’ai toujours un pull sous la main si je commence à avoir froid après de longues minutes immobile, où seuls mes doigts courent sur le clavier.

c_adam

MARDI – Jour de Mars – Auteur certes, Lecteur aussi ? Si tu ne lis pas, tu vas au ciné ou tu regardes des films, des séries… Et si tu ne fais pas ça de ta caverne, tu dois jouer à des jeux vidéo ? Au fait, c’est 6 questions aujourd’hui.

 

Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse toujours pas.

 

 

1.    Qu’oses-tu nous dire à propos de tes vices avouables dans tes lectures (filmographie/ludothèque) ?

J’adore les polars, les romans historiques (alors les polars historiques c’est parfait), mais j’aime aussi le fantastique. En matière de films, j’aime quand cela bouge, j’apprécie beaucoup les films d’action (certains lecteurs m’ont d’ailleurs dit que les passages « action » de mes romans leur donnait l’impression de voir la scène se dérouler comme un film sous leurs yeux).

 

 

2.    En musique ou non ?

Pratiques-tu l’écriture en musique ou non ?

Il m’arrive d’écrire en musique mais ce n’est pas systématique. Si je dois réécrire une scène qui ne convient pas, et que l’inspiration ne vient pas, notamment si la scène est riche en émotions, le fait de mettre une musique adéquate (triste, angoissante, rythmée…) m’aide souvent. Et quand je relis mes romans pour les corriger, je mets souvent de la musique aussi, cela me donne un rythme.

 

 

3.    Comment peut-on te séduire ?

Ouh là là… Il faut de la patience. Du self-control. De la patience. Et sinon, ai-je parlé de la patience ? Je suis exigeante dans la vie privée comme pour l’écriture. Et j’ai parfois des sautes d’humeur. Je suis aussi très sensible, donc attention à ne pas me faire mal, sinon j’ai tendance à me recroqueviller comme un escargot dans sa coquille… ou à sortir les griffes !

 

 

4.    Lis-tu en Ebook ou papier ? Audiolivre ? Gros caractères ?
(Ou si tu ne lis pas : Adepte aux films TV ou écran ? Ou juste le son pendant que tu fais autre chose ?)

Je lis en ebook et en papier, même si je préfère le contact du livre physique. Ce que j’apprécie avec les ebooks, c’est qu’on n’a pas de souci de place pour ranger les livres, les prix moins élevés permettent aussi d’en acheter plus. Et certains nouveaux auteurs ne publient qu’en ebook mais valent vraiment la peine d’être lus. Pour la lecture du soir par contre, avant de m’endormir, c’est livre papier obligatoire. J’ai besoin de ce contact. Je n’ai encore jamais essayé les audio-livres mais pourquoi pas ?

 

 

5.    Lis-tu des confrères ?
(Ou BD, revues, nouvelles, etc… fonctionne aussi si tu ne lis pas)

Oui ! J’ai découvert bon nombre d’auteurs auto-édités à travers des groupes de discussion et d’échanges. De très jolies découvertes, je vais en citer quelques unes : en fantasy, Florence Jouniaux et Lara Lee Lou Ka, en polar et thriller Cyrille Audebert, Franck Esposito, en contemporain Marie Meyel, Didier Betmalle… Et ce ne sont que quelques exemples !

 

 

6.    Lis-tu des notices ?
Même de jeux vidéos

Toujours, ou presque ! Sauf quand elles sont rédigées en hongrois, en hindi ou en japonais, là je renonce.

MERCREDI – Jour de Mercure (pas le thermomètre) –  Parle-nous de ce qui t’anime en tant qu’auteur. Tu as 5 questions

 

Tu connais le chemin de la table du kiné… Une petite bière ?

 

1.    Ton signe astrologique ? Je dis régulièrement dans mes horoscopes que certains signes sont moins animés que d’autres, qu’en penses-tu ?

 

Je suis Verseau… Libre, anticonformiste, assez imprévisible : ça colle bien ! Je ne suis pas experte en astrologie mais je trouve souvent des corrélations entre les caractères des personnes et les caractéristiques de leur signe, donc pourquoi pas ?

 

 

2.    Comment inventes-tu tes titres ?

Je liste des mots-clés qui reprennent les thèmes du livre, et j’essaie de les associer de manière à proposer un titre alléchant. Pour la série « Tuer n’est pas vivre » j’ai joué sur l’opposition des deux verbes du titre, qui correspond bien à l’ambiguïté des personnages de la saga, souvent liés à la mort ou en contact avec elle (nous sommes dans les milieux criminels) mais cherchant un sens à la vie ou bien farouchement épris de l’existence selon les cas.

 

 

3.    Ton temps de présence sur les réseaux sociaux ? Est-ce que tu fais tout ?

Environ une petite heure par jour, mais sans connexion certains jours (par manque de temps ou besoin de prendre du recul). Je fais tout, oui ! Même si j’ai suivi les conseils, astuces et recommandations de blogs, forums, coaches et autres « spécialistes » de la communication, car écrire et communiquer sur ses livres sont deux choses totalement différentes.

 

 

4.    Une âme de coach ? Pourrais-tu coacher un autre auteur débutant ?

Je ne sais pas… Ecrire chez moi, est très intuitif, j’écris d’abord avec mes sentiments, mes émotions. Pendant des années, j’ai écrit pour mon seul plaisir, sans rien faire lire ni publier. Il est vrai que j’ai appris beaucoup de choses depuis que je me suis lancée en auto-édition, mais il me reste encore énormément à apprendre.

 

5.    Jusqu’où irais-tu pour un salon ?
Distance, demandes, etc…

Allez j’avoue : je n’ai encore jamais fait de salons ! Je n’aime pas du tout me « montrer », même si j’apprécie beaucoup d’échanger avec les lecteurs ou d’autres auteurs (Internet pour cela, c’est génial : que ce soit via un site d’auteur, les réseaux sociaux, des forums…). Je commençais à réfléchir à la question des salons quand la crise sanitaire a éclaté, du coup pour le moment ce n’est pas envisageable.

JEUDI – Jour de Junon – Bon, je sais, tout le monde attend. J’en ai même entendu qui trépignent devant leur écran d’où je suis.
Alors, parle-nous de tes livres. En 4 questions… Hé hé. Pas si simple, hum ? Attends de voir la suite.

 

Installe-toi confortablement sur la table de kiné, pose ta tête au milieu du trou et vas-y, nous t’écoutons.

 

 

1.    Un juge te demande de défendre ton dernier livre devant sa cour. Que lui dis-tu ?

 

Il s’agit d’un recueil de nouvelles policières et criminelles intitulé « Cinq nuances de polars ». Je précise tout d’abord qu’aucun être vivant n’a été blessé ou maltraité pendant l’écriture de ce recueil, même si les victimes sont nombreuses sur le papier. Il s’agit de cinq histoires autour du thème de crime, chacune avec une tonalité différente : la première (mise en bouche !) est une comédie policière régionale, la seconde est une enquête à énigme avec un enquêteur un peu particulier, la troisième est un suspense psychologique (ça se corse), la quatrième, un thriller survivaliste et la cinquième… Vais-je l’avouer, votre Honneur ? Oui, c’est un road-trip noir. Je plaide coupable ! J’ai écrit ces cinq histoires et j’y ai pris grand plaisir…

 

 

2.    Où peut-on te trouver sur Internet ? (Réseaux sociaux, site, salons…)
Ton adresse postale ? hé hé hé  (tu peux donner les adresses pour aider à les trouver plus vite)

Tout d’abord sur mon site d’autrice : www.charlotteadamromanciere.com,

ensuite sur Facebook : https://www.facebook.com/CharlotteAdamAuteur/

et sur Instagram : https://www.instagram.com/charlotteadamromanciere/

Mes livres sont enregistrés sur les sites Babelio et Booknode, pour celles et ceux qui veulent laisser un avis en dehors d’Amazon.

 

 

3.    Combien de temps pour conclure ?
Ton livre, bien sûr !

Un an environ, en moyenne, parfois un peu plus. En comptant tout : l’écriture du « premier jet », les relectures, les modifications, les reprises, ensuite le passage entre les mains des béta-lecteurs, la mise en forme… Et pour celles et ceux qui trouvent que c’est trop long, rassurez-vous : plus on attend, meilleur c’est ensuite (je parle toujours des livres, hein ?).

 

 

4.    Utilises-tu des supports de communication ? Homme-sandwich, chien, voiture ? Assistant ?

Je communique via mon site d’auteur, aussi via l’emailing auquel les lecteurs peuvent s’abonner pour avoir des nouvelles en exclusivité et de petits cadeaux surprises. Ensuite, via les réseaux sociaux (Facebook et Instagram). Et les boîtes à livres aussi ! J’adore ce concept et je n’hésite pas à y laisser quelques exemplaires de mes livres afin qu’ils voyagent et soient découverts par des lecteurs curieux.

VENDREDI – Jour de Vénus – On va parler de la personne derrière l’auteur… Ben oui ! On sait que dans ce corps de plume, de comptes de lectures et de stratégie marketing bat un cœur humain. Respire, il n’y a que 3 questions.

 

1.    Chocolat Suisse ou Belge ?

 

Les deux mon capitaine ! Tout chocolat mérite d’être savouré (proverbe d’origine inconnue).

 

 

2.    Pastafariste ou d’une autre religion ?

Une religion qui déifie un plat de pâtes ne peut que gagner mon respect. C’est la base de mon alimentation (ce n’est pas un hasard si je parle beaucoup de cuisine italienne dans la saga « Tuer n’est pas vivre » !). Une religion animaliste (pas animiste, hein, j’ai bien dit « animaliste ») m’irait aussi, j’adore le contact avec les animaux.

 

 

3.    Tu vois une grande femme comme moi, que lui dis-tu pour la séduire ?

T’abaisserais-tu, Ô grande dame, à poser les yeux sur l’humble vermisseau qui te contemple de sa petite taille et est ébloui par le rayonnement de ton charme ?

c_adam

SAMEDI – Jour de saturne et jour de salons, souvent. Tu me vois venir ? Bien. Tant mieux, on y va, alors.
En deux questions, t’as tout compris.

 

1.    Acceptes-tu le liquide ? Bière, café, chocolat, comme mode de paiement ?

Cocktail, bière, chocolat, thé (vert de préférence)… Avec plaisir. Pas de café, merci. Je trouve qu’un échange de type troc est plutôt une bonne chose, alors pourquoi pas ?

 

 

2.    Et si on te paie en nature, comme en pâtes, ça te va aussi ?

Si elles sont al dente oui ! Attention, la cuisson doit être parfaite. J’accepte les spaghetti, tagliatelles, linguine, farfalles, macaronis, penne, cannelloni, conchigli, fusilli, lasagnes… Pour la garniture, j’écoute vos propositions (indice : j’adore le fromage aussi)

DIMANCHE – Jour du dieu soleil – Jour où on en profite souvent pour se la couler douce.
Je ne poserais qu’une question et tu feras le reste. Ok ? T’as carte blanche pour parler de ce qui t’intéresse et conclure cette interview. En 10 lignes pour ne pas fatiguer nos lecteurs. C’est parti.

 

1.    Au resto, entrée ou dessert ?

Entrée ET dessert, pourquoi choisir ? C’est ce que j’aime avec l’imagination et l’écriture, on peut tout faire, s’ouvrir des portes interdites, vivre des existences différentes, se glisser dans la peau d’un/e autre. S’accrocher à son personnage jusqu’à le voir comme un membre de la famille ou au contraire le détester mais s’attacher à le dépeindre de manière crédible… Partager mon imagination et mon goût pour les mots avec des lecteurs est une expérience fantastique. Quand un lecteur me dit qu’il a vibré à tel ou tel passage ou qu’il ressent telle émotion envers tel personnage, j’en frissonne et j’ai les larmes aux yeux (et oui, on peut écrire du polar et du thriller et avoir une âme sensible !). Alors merci à tous ceux qui me lisent, me suivent, me soutiennent. J’espère que nous continuerons longtemps ce chemin ensemble.

c_adam

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.