Celine Camisuli

Interview de Celine S. Camisuli

J’ai lu un livre de Céline, qui m’a beaucoup touchée, du coup, je lui ai proposé de prolonger le moment pour l’interviewer.

En avant pour l’univers de Céline S. Camisuli ! 

LUNDI – Jour de la lune – On commence la semaine ! Hop hop hop ! 7 questions sur… Toi. Présente-nous l’Autrice

 

Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse pas.

 

1.    As-tu un(e) assistant(e) comme moi ?
(dans ta vie personnelle, professionnelle, pour toute tâche ingrate, etc.)

Alors ………. Mon mari se définirait comme tel au vue du fait que bébé 2 est scotché au lait de maman et que je distribue mes ordres du canapé… mais je dirais que mon assistante personnelle est une béta lectrice, une bonne amie à moi, Aurélie G. Elle me relit encore et encore jusqu’à la publication, c’est une machine de guerre.

 

2.    Quel est ton objet fétiche ?
(Stylo, chaussettes, bouteille de bière, etc.) Explique-nous.

Alors bon… No jugement. J’ai une robe de chambre que je trainais jusqu’à ce que je sues comme tout en été, et ceci depuis la naissance de ma fille. C’était ma robe GUCCI en quelque sorte, ma vieille pelure, comme l’appelle mon mari. Pourtant toute douce, je ne pouvais pas m’en passer… Et à la naissance de mon fils le 23 septembre de cette année, je l’ai ressortie ! Que de joie… j’aime tant écrire dedans. Pourquoi ? Car elle me rappelle la naissance de mes deux bébés.

 

3.    Je te propose une soirée avec un auteur, quel est ton programme ?

Alors là je réponds direct que je kidnappe Rime de Bervuy et qu’elle me fera visiter ses ruines si magiques en Alsace… Avant ça… Je tire mon lait pour que bébé ne meurt pas de faim et nous allons manger au restaurant de son choix (à Rime, pas à bébé). Je kidnappe, mais avec classe, c’est moi qui invite !

 

4.    Un lecteur idéal ? Raconte-le. Un authentique, un vrai, élevé au bon grain.

Un lecteur qui ne critique pas pour juste critiquer. Un lecteur qui fait son retour sans enfoncer l’auteur sous prétexte de l’aider à grandir. Je mesure 1m76 j’ai pas besoin de grandir ;-). Personnellement en tant que lecteur, si j’ai quelque chose à dire dans un retour et qui risque de l’enfoncer, je le lui dis en privé, si compté qu’il le veuille. J’estime que l’on n’écrit pas pour être jugé, ni pour recevoir un prix, ni même pour se faire démolir. On est tellement fier de nos écrits… On y passe tellement de temps… Bref, c’est mon avis, mais je dirais un lecteur humble qui reconnait le travail tout en restant honnête dans son retour. Je déteste également les faux retours « j’aime » alors qu’en réalité c’était à vomir… mais je sais reconnaître le travail d’un auteur.

 

5.    Un de tes personnages à nous présenter : que voudrais-tu lui dire ?

Je peux parler à Judith, le personnage qui me représente dans « Je t’aime déjà, mon flls. » Elle raconte sa bataille pour devenir maman, et comme il s’agit en même temps de notre histoire personnelle, j’aimerais lui dire que je suis fière d’elle. Elle a parcouru tout le chemin, perdu ses bébés et relevé la tête et aujourd’hui, elle est maman. Ce personnage me tient particulièrement à cœur car lorsque je relis ce roman, je réalise bien entendu que cela aurait pu être bien pire, mais également que je dois me sentir reconnaissante. Je suis reconnaissante envers Judith qui m’a permis d’extérioriser sans colère ce parcours jusqu’à la P.M.A. Tout ce qu’elle raconte au niveau médical est réel. Il n’y a aucun point romancé, même d’un millimètre. C’est l’une des raisons qui fait que ce roman me tient autant à cœur, je pense.

 

6.    Décris-nous ta position préférée.  

Eh mais dis-donc ! Coquine…

Pour écrire ?

Ah. Ouf. Assise devant mon bureau. La réponse est peut-être trop courte mais je ne vois pas quoi dire de plus 😉 Je pourrais dire la tête en bas, mais ça serait exagéré. Je dirais alors en plus imagé, la tête dans les étoiles, les fesses posées sur mon nuage de coton.

 

7.    Portes-tu une tenue particulière pour écrire ?

Satin, dentelle, coton ?

J’écris nue comme un vers. Non, je rigole… Ma robe de chambre, autant que possible, mais pas particulièrement pour écrire, comme je l’ai expliqué plus haut…

romans

MARDI – Jour de Mars – Auteur certes, Lecteur aussi ? Si tu ne lis pas, tu vas au ciné ou tu regardes des films, des séries… Et si tu ne fais pas ça de ta caverne, tu dois jouer à des jeux vidéo ? Au fait, c’est 6 questions aujourd’hui.

 

Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse toujours pas.

 

1.    Qu’oses-tu nous dire à propos de tes vices avouables dans tes lectures (filmographie/ludothèque) ?

Aucun vice je crois ? Je lis de tout tant que j’ai un coup de cœur pour le sujet.

 

2.    Pratiques-tu l’écriture en musique ou non ?

Ça dépend. Parfois pour certaines scènes de bal, j’aime mettre la musique que j’ai écrit pour décrire la scène. Je me laisse emporter. Sinon, non pas de musique. Du moins, je n’en ai pas besoin. J’aime aussi le silence quand ma fille dort… On écoute les titounis all the day, alors un peu de silence… grands Dieux, ça fait du bien.

 

3.    Comment peut-on te séduire ?

Du chocolat. Non je rigole. A part mon mari, j’ai pas vraiment envie d’être séduite. Si on parle de lecture… Coup de cœur. Harcèlement  publicitaire. Certains livres finissent dans ma pal car j’ai ai entendu parler depuis des mois en bien.

 

4.    Lis-tu en Ebook ou papier ? Audiolivre ? Gros caractères ?
(Ou si tu ne lis pas : Adepte aux films TV ou écran ? Ou juste le son pendant que tu fais autre chose ?)

Avant je ne lisais qu’en papier, mais j’ai testé les ebook et je suis fanatique désormais. Cela me permet de ne pas me ruiner, surtout sur un livre décevant, et de commander le livre papier  que j’adore.

 

5.    Lis-tu des confrères ?
(Ou BD, revues, nouvelles, etc… fonctionne aussi si tu ne lis pas)

Je lis autant que j’écris. Sauf maintenant car je suis en fin de grossesse et cérébralement incapable de lire. Et d’écrire.

 

3 semaines plus tard : Ah, je ne suis plus en fin de grossesse en répondant à cette question, alors je dirais que je lis de tout, mais surtout des romans.

 

6.    Lis-tu des notices ?
Même de jeux vidéos

Oups, je suis démasquée. JAMAIS. Et après je me plains que ça ne marche pas.

MERCREDI – Jour de Mercure (pas le thermomètre) –  Parle-nous de ce qui t’anime en tant qu’auteur. Tu as 5 questions

 

Tu connais le chemin de la table du kiné… Une petite bière ?

1.    Ton signe astrologique ? Je dis régulièrement dans mes horoscopes que certains signes sont moins animés que d’autres, qu’en penses-tu ?

Je ne crois absolument pas à ce genre de trucs mais ça ne me gêne pas d’en discuter. Je suis lion et je n’ai pas l’impression que cela impacte ma vie d’une quelconque manière. Ça y’est j’ai des ennemis ?

 

2.    Comment inventes-tu tes titres ?

Et on rame et on rame. Et on galère bien comme il faut. Sauf pour je t’aime déjà mon fils, je l’ai pas inventé, le ciel me l’a soufflé. Plantée devant le bain de ma fille, j’avais mon titre, ce qui m’a déchainé les neurones pour écrire le texte qui va avec…

 

3.    Ton temps de présence sur les réseaux sociaux ? Est-ce que tu fais tout ?

Je suis animatrice sur un groupe littéraire, ça occupe pas mal de mon temps libre, j’ai ma page fb, mon site que je ne tiens pas du tout à jour alors je dirais que les réseaux sont omniprésents dans ma vie.

 

4.    Une âme de coach ? Pourrais-tu coacher un autre auteur débutant ?

Je le fais souvent. Je précise toujours que je ne suis pas pro, mais j’arrive mieux à voir les soucis d’écriture des autres que les miens… Alors je n’hésite pas. Je suis béta lectrice.

 

5.    Jusqu’où irais-tu pour un salon ?
Distance, demandes, etc…

Nulle part. J’ai jamais été tenté. Un jour peut-être ?

JEUDI – Jour de Junon – Bon, je sais, tout le monde attend. J’en ai même entendu qui trépignent devant leur écran d’où je suis.
Alors, parle-nous de tes livres. En 4 questions… Hé hé. Pas si simple, hum ? Attends de voir la suite.

 

Installe-toi confortablement sur la table de kiné, pose ta tête au milieu du trou et vas-y, nous t’écoutons.

1.    Un juge te demande de défendre ton dernier livre devant sa cour. Que lui dis-tu ?

 

Mon dernier livre est drôle, il n’a rien fait de mal. Il parle des mères désespérées qui n’ont pas encore franchis la ligne entre mère et meurtrière donc monsieur le juge, je demande une relaxation… Il fait rire, il est là pour ça, mais aussi pour montrer la réalité de nos vies, à toutes… De la mère au foyer à la mère rémunérée.

 

2.    Où peut-on te trouver sur Internet ? (Réseaux sociaux, site, salons…)
Ton adresse postale ? hé hé hé  (tu peux donner les adresses pour aider à les trouver plus vite)

J’ai une page facebook : https://www.facebook.com/Celinecamisuli/

Je fais partie d’un groupe littéraire où je poste beaucoup et où j’anime : https://www.facebook.com/groups/Ecrivain.Lecteur.Chroniqueur.Editeur/

 

3.    Combien de temps pour conclure ?
Ton livre, bien sûr !

Je prenais beaucoup beaucoup trop de temps, résultat à trop travailler mes écrits, je me suis retrouvée avec quelques pavés à 700 pages. PLUS JAMAIS !!! Maintenant je ne recherche plus la perfection car je ne l’ai jamais trouvé. Je vais à l’instinct : si ma béta lectrice est pleinement satisfaite, je valide, et publie. Elle est vraiment sérieuse et je sais que ses conseils sur l’histoire sont judicieux. Un roman est toujours perfectible, il faut savoir arrêter. J’écris pour me faire plaisir avant tout, et pour que mon histoire plaise. Je n’écris ni pour Bernard Pivot, ni pour gagner le prix de l’excellence. Je fais de mon mieux, je prends le temps dont j’ai besoin mais plus plusieurs années, ni même une année entière. (tout dépend de la longueur et du temps que je peux accorder à l’écriture). Peut-être ai-je tort, mais je préfère une histoire terminée, intéressante mais pas parfaite qu’un texte écrit parfaitement mais peu attractif.

 

4.    Utilises-tu des supports de communication ? Homme-sandwich, chien, voiture ? Assistant ?

Mes supports sont essentiellement FB et mes proches qui me font connaître du mieux qu’ils peuvent. Je vais penser à prendre un chien pour qu’il promène mon écriteau…

VENDREDI – Jour de Vénus – On va parler de la personne derrière l’auteur… Ben oui ! On sait que dans ce corps de plume, de comptes de lectures et de stratégie marketing bat un cœur humain. Respire, il n’y a que 3 questions.

 

1.    Chocolat Suisse ou Belge ?

Aucun. J’aime pas le chocolat suisse, j’habite à côté de la suisse et je le trouve dégueu. Pourtant j’en ai eu goûté du soit-disant DELICIEUX et reconnu. Beurk. Belge pas trop goûté, peux pas dire.

 

2.    Pastafariste ou d’une autre religion ?

Je ne suis pas religieuse, j’ai dû regarder la définition de ce mot et j’ai flippé. J’aime les églises qui me rapprochent de mes morts, voilà tout. Je ne crois en aucun livre religieux. Mince, en fait je ne crois en rien moi, si ? Je pense que je crois en tout et en rien. Tout est possible. J’aime l’idée de ne pas savoir et de croire en tout et en rien du tout à la fois.

 

3.    Tu vois une grande femme comme moi, que lui dis-tu pour la séduire ?

Je suis grande. 1M76 et j’ai jamais tenté de séduire une femme, je vais réfléchir à la question.

SAMEDI – Jour de saturne et jour de salons, souvent. Tu me vois venir ? Bien. Tant mieux, on y va, alors.
En deux questions, t’as tout compris.

 

1.    Acceptes-tu le liquide ? Bière, café, chocolat, comme mode de paiement ?

Je ne vends pas mes œuvres directement, donc il vous faudra passer par amazon 😉

 

2.    Et si on te paie en nature, comme en pâtes, ça te va aussi ?

Idem que question précédente. C’est quoi le souci avec les pates ?

DIMANCHE – Jour du dieu soleil – Jour où on en profite souvent pour se la couler douce.
Je ne poserais qu’une question et tu feras le reste. Ok ? T’as carte blanche pour parler de ce qui t’intéresse et conclure cette interview. En 10 lignes pour ne pas fatiguer nos lecteurs. C’est parti.

 

1.    Au resto, entrée ou dessert ?

Dessert, ça sert à quoi l’entrée ? Quoi que privée de jambon cru depuis 9 mois et de sushis, et de foie gras, je retire !

 

Pour conclure, je dirais que l’écriture m’a trouvée sans que je ne la recherche réellement. Elle est mon oxygène. Je n’estime pas être spécialement douée pour ça. J’adore passer des heures à monter un scénario né de mon esprit. J’aime plaire à mes lecteurs. Ne pas plaire ne me chagrine pas, il en faut pour tous les gouts. Je suis véritablement fière de moi car c’est réellement la seule chose pour laquelle je vais jusqu’au bout dans mes passe-temps. C’était mon rêve de gamine, je l’ai atteint et il est loin d’être terminé. Si vous voulez en savoir plus, moment de publicité, vous pouvez retrouver mes romans sur amazon : Celine S. Camisuli, il y en a 8, vous aurez de quoi lire ;-).

Merci encore pour cette interview, j’espère qu’elle sera intéressante à lire.

Celine Camisuli

Retrouve ici mon retour de lecture pour 
Je t’aime déjà mon fils

Vous êtes aussi auteur et vous voulez être interviewé par mes gracieuses jambes ? Venez ici pour avoir quelques idées de ce qu’il faut montrer pour passer sur ma table de kiné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.