Marushka-Tziroulnikoff-portrait

Interview de Marushka Tziroulnikoff

J’ai découvert Marushka par hasard, sur Facebook, elle publiait des posts qui sortaient un peu de l’ordinaire, et ça a attiré mon oeil, puis mon attention, puis ma curiosité.
Du coup, j’ai pris un ebook pour voir : Lever le pied n’est pas une solution envisageable. Une nouvelle qui se lit à 100 à l’heure.

Maintenant, parlons un peu d’elle : 
” Bienvenue sur la page officielle de Marushka Tziroulnikoff, écrivaine et auteure et photographe et chamane et patati et patata. “

Sur sa page Facebook

Marushka était présente le samedi et dimanche à Mons. Mais, comme beaucoup le savent, ce n’était pas pour elle que je venais. J’avais une photo de jambes à faire.
Je ne peux pas terminer cette présentation sans parler de Charlotte, celle que nous avons suivi avec plaisir, ou que vous découvrirez avec autant de rires. 

Et comme je l’ai rencontrée, je suis repartie avec : Les femmes qui se comportent bien marquent rarement l’histoire. Et pourtant ! Enfin, je vous en dirais plus quand je l’aurais lu.

En avant pour l’interview de Marushka Tziroulnikoff !

LUNDI – Jour de la lune – On commence la semaine ! Hop hop hop ! 7 questions sur… Toi. Présente-nous l’Auteur / Autrice

 

1.    As-tu un(e) assistant(e) comme moi ?

(dans ta vie personnelle, professionnelle, pour toute tâche ingrate, etc.)

Of course ! C’est juste IN-DIS-PEN-SABLE ! Une auteure ou une autrice ou une auteuse (ben oui, j’aime bien auteuse, ça rime avec chi… euse et avec tout plein d’autres choses), une auteuse donc, c’est une créative et une créative, selon mon concept de la créativité, ne s’enquiquine pas avec les ingrates tâches du quotidien. Et pourquoi donc ? Parce que, sérieux, faire la vaisselle, passer l’aspi, mettre en page un manuscrit… perso, ça me coupe l’imagination. C’est vrai quoi, je ne vais pas non plus risquer de gâcher mon talent, ce serait ballot.

 

2.    Quel est ton objet fétiche ?

(Stylo, chaussettes, bouteille de bière, etc.) Explique-nous.

Eh bien figure-toi que je n’en ai pas ! Je ne suis pas une personne qui s’attache outre mesure à la matière. J’ai plein d’objets qui m’entourent, mais si on me les retire du jour au lendemain, je m’en passerai sans ressentir le moindre manque. Je pars du principe que nous sommes tous de passage et que l’attachement engendre de la souffrance donc… Ôte-moi mon ordi et j’écrirai dans mon carnet avec un crayon. Ôte-moi mon carnet et je conterai mes histoires, à voix haute, ou basse, ou dans ma tête. Rien ne m’est indispensable et j’ai la faculté de m’adapter à chaque situation nouvelle en moins de 24h. J’ai déjà fait table rase de tout dans ma vie, à plusieurs reprises, et je suis toujours là. Tu comprends ?

 

3.    Je te propose une soirée avec un auteur, quel est ton programme ?

Une bonne bouffe, un bon coup à boire et on parle de tout, sauf d’écriture ou d’édition ou de distribution ou… Bref, on se vide la tête et on n’aborde surtout pas le côté technique et les questions à la con genre : « Au fait, tu as des rituels pour écrire, toi ? (LOL) », « Et avec ton imprimeur, ça se passe bien ? », « Purée, les grosses maisons d’édition, sérieux, elles veulent pas partager leur part de gâteau ! ». Parce que oui, j’ai beau écrire des bouquins, ma vie ne tourne pas qu’autour de ça.

 

4.    Un lecteur idéal ? Raconte-le. Un authentique, un vrai, élevé au bon grain.

Le lecteur idéal ou la lectricre idéale serait celui ou celle qui me vouerait un culte qu’aucune déité n’aurait jamais connu à ce jour, toutes époques et civilisations confondues. Mais non ! Je déconne ! Quoique… J’ai des lecteurs et des lectrices qui me suivent depuis le début et qui lisent absolument tout ce que j’écris. Et qui laissent des avis sur Amazon ! Voilà ! Je crois que le lecteur idéal ou la lectrice idéale serait une personne qui donnerait son avis (qu’il soit positif ou négatif) sur mes bouquins et qui en parlerait autour d’elle. Histoire de faire connaître ledit bouquin et par conséquent, son auteu…se.

 

5.    Un de tes personnage à nous présenter : que voudrais-tu lui dire ?

Maintenant que Charlotte a vu le jour (voir mon 5e roman, Les aventures sensuelles de Charlotte, remonte ta culotte), je lui recommanderais de faire preuve d’un peu de patience, car bientôt, tout bientôt, très bientôt, d’autres personnages qui lui ressemblent… ou pas… seront les héros et les héroïnes de nouvelles histoires tout aussi déjantées que la sienne.

 

6.    Décris-nous ta position préférée.

Pour écrire ?

Ah mince ! Tu parles d’écriture. Déçue je suis. Je me voyais déjà dans mes explications du kamasutra revisité façon Marushka/Ragnar. Non parce que mon acolyte et moi, on a beau avoir passé le demi-siècle, on est vachement branché sport, tu vois. À part ça, ma position préférée pour écrire, eh bien, elle est plutôt traditionnelle : assise sur un fauteuil confortable, rembourré, réglable, avec de gros accoudoirs, face à mon bureau bien ancré dans le sol. L’ordi en face de moi, la souris, la fenêtre et le bruit de la mer à main droite, une lampe en haut à gauche. Classique, mais pas missionnaire pour autant.

 

7.    Portes-tu une tenue particulière pour écrire ?

Satin, dentelle, coton ?

CONFORT est le maître mot dans ma vie. Depuis toujours. La guêpière en dentelle avec les bas fins ? Oui, si la température de la pièce m’est agréable. Avec une coupette de champ, un collier de perles et des talons hauts, c’est du plus bel effet. Mais si Ragnar passe dans le coin à ce moment-là, c’en sera fini de l’écriture. Mais on peut aussi me voir, particulièrement en hiver, en caleçon moletonné, grosses chaussettes, sous-pull à col roulé et gilet de laine épaisse. Je suis pas bégueule et comme il paraît que tout me va !

MARDI – Jour de Mars – Auteur certes, Lecteur aussi ? Si tu ne lis pas, tu vas au ciné ou tu regardes des films, des séries… Et si tu ne fais pas ça de ta caverne, tu dois jouer à des jeux vidéo ? Au fait, c’est 6 questions aujourd’hui.

 

1.    Qu’oses-tu nous dire à propos de tes vices avouables dans tes lectures (filmographie/ludothèque) ?

Moi ? Des vices ? Ça se saurait ! Et puis, si j’en avais, ils seraient justement inavouables ! Question suivante ?

 

 

2.    En musique ou non ?

Pratiques-tu ton loisir en musique ou non ?

Je ne lis jamais en musique.

 

3.    Comment peut-on te séduire ?

Sorry, it’s too late. C’est Ragnar qui a gagné le pompon ! Ragnar, il a tout ce que j’aime : il est original, intelligent, beau, entrepreneur, indépendant, responsable, courageux. De plus, il porte le kilt, au quotidien, et il clame à tout le monde que le but de sa vie, c’est moi ! Petite, je rêvais d’être une princesse et il a fait de moi sa Reine. Que puis-je demander de plus ?

 

4.    Ebook ou papier ? Audiolivre ? Gros caractères ?

(Ou si tu ne lis pas : Adepte aux films TV ou écran ? Ou juste le son pendant que tu fais autre chose ?)

Je lis beaucoup, plutôt en Ebook maintenant parce que les livres, ça pèse lourd. Les films, c’est à la maison, avec Ragnar et on choisit dans l’instant ce qui nous fait plaisir. Nous vivons sans télé depuis des années donc nous ne sommes pas abrutis par les programmes qui font baisser le taux de neurones et grandir l’abrutissement. Le cinéma, c’est rare. Déjà parce qu’il n’y a pas de grande salle là où nous vivons, mais aussi parce que Ragnar et moi n’aimons pas nous sentir enfermés dans un endroit sombre avec des inconnus. Récemment, nous sommes devenus membres du Arts Club de notre petite ville et nous allons donc au cinéma quand ils projettent des films qui nous intéressent. Tout en anglais ! Celui que nous avons vu dernièrement, c’était Gwen, un film de 2018, mélange de drame psychologique sur fond de surnaturel et de gothique.

 

5.    Lis-tu des confrères ?

(Ou BD, revues, nouvelles, etc… fonctionne aussi si tu ne lis pas)

Oui, je lis beaucoup de confrères et de consœurs. Justement parce que j’aime assez découvrir des nouveautés.

 

6.    Lis-tu des notices ?

Même de jeux vidéos

Les seules notices que j’ai lues étaient « gracieuses ». Parce que pour le reste, modes d’emploi et tout le tralala, je déteste ! Mon homme m’a offert un super appareil photo et il a posé la notice à côté. Résultat, je tripote tous les boutons du bidule, mais je snobe le mode d’emploi. Je fonctionne mieux quand je vis l’expérience plutôt que de me gaver en amont de théorie.

MERCREDI – Jour de Mercure (pas le thermomètre) –  Parle-nous de ce qui t’anime en tant qu’auteur. Tu as 5 questions

 

1.    Ton signe astrologique ? Certains signes sont moins animés que d’autres, le savais-tu ?

Alors là, si tu veux qu’on cause astrologie, je suis ta femme ! Le signe solaire, c’est bien, mais ce n’est pas tout. Savais-tu que l’Ascendant est en fait notre nature profonde alors que le signe solaire est l’idéal auquel on aspire ? Et du coup, nous sommes toutes et tous tellement complexes qu’il faut tenir compte de tous les aspects du thème. Tu savais que je faisais des interprétations de thèmes astraux ? Ah ! Ça t’épates ça, non ? Mais bon, je vais pas faire ma ch… ieuse outre mesure – même si je suis plutôt douée en la matière – et je t’annonce donc que je suis Cancer (deuxième décan), Ascendant Sagittaire.

 

2.    Comment inventes-tu tes titres ?

En général, le titre me vient spontanément et c’est lui qui détermine l’histoire que je narrerai. Si par contre, et c’est plus rare, l’histoire vient avant le titre, celui-ci changera entre 4 et 7 fois avant la publication du roman. Mais quoi qu’il en soit, j’ai déjà observé que le premier était souvent le meilleur et qu’il était dommage de ne pas m’y tenir.

 

3.    Ton temps de présence sur les réseaux sociaux ? Est-ce que tu fais tout ?

Oui et je le déplore. Je préférerais franchement m’allouer les services d’un agent littéraire. Avec mon esprit curieux, je me laisse embarquer plus que je ne le voudrais dans des posts qui ne m’apportent rien de constructifs. Je dois faire appel à tout mon courage et ma force intérieure pour résister aux chants des sirènes. Tu savais que les sirènes, en fait, ce sont de vilains monstres et non de jolies demoiselles aux écailles miroitantes ? Quoiqu’il en soit, avec elles, ça finit toujours en queue de poisson, alors…

 

4.    Une âme de coach ? Pourrais-tu coacher un autre auteur débutant ?

J’ai été thérapeute pendant plusieurs années. Une évidence pour moi puisque je suis née chamane (à ne pas confondre avec le néo-chamanisme). Mais coach ? Moi ? Non, pas du tout ! Je n’ai pas la patience pour répéter les choses, je n’ai pas de méthode empirique (tu te souviens, mon allergie aux modes d’emploi et autres notices ?) et je ne me sens pas capable de suivre une personne avec régularité et constance. Le côté « routine », « obligation » a quelque chose d’angoissant pour moi. Je suis une instinctive, une intuitive et une impulsive. Imagine donc le cocktail.

 

5.    Jusqu’où irais-tu pour un salon ?

Distance, demandes, etc.

Je n’aime pas me poser de limites et je fonctionne à l’instinct, comme dit plus haut. Donc, si je « sens » un salon, j’y vais. Quelle que soit le lieu, quel que soit le budget nécessaire. Quand c’est le bon moment, j’arrive toujours à me donner les moyens pour atteindre le but que je me suis fixé.

JEUDI – Jour de Junon – Bon, je sais, tout le monde attend. J’en ai même entendu qui trépignent devant leur écran d’où je suis.
Alors, parle-nous de tes livres. En 4 questions… Hé hé. Pas si simple, hum ? Attends de voir la suite.

 

1.    Un juge te demande de défendre ton dernier livre devant sa cour. Que lui dis-tu ?

Qu’il le lise d’abord et ensuite, on en causera.

 

2.    Où peut-on te trouver sur le net ? (Réseaux, salons…)

Ton adresse postale ? hé hé hé

J’ai mon site internet, je suis sur Facebook, mais aussi Twitter, Instagram et LinkedIn. C’est sur FB que je suis la plus active. Géographiquement parlant, je vis sur l’île de Wight, au Royaume-Uni. Je ne prend pas de trop gros risque en le révélant vu que c’est pas évident de s’y rendre. Du coup, je suis assez tranquille.

 

3.    Combien de temps pour conclure ?

Ton livre, bien sûr !

Tout dépend de ma motivation. J’ai « pondu » 5 romans et 6 nouvelles en 18 mois. Mais à quel prix ! Du coup, maintenant, je lève un peu le pied et je fais le tri, toujours en fonction de ce que je ressens. Pour 2020, alors que j’ai plus de 20 romans déjà en cours, je m’impose d’en sortir seulement deux + un recueil de nouvelles qui est déjà presque terminé + une chick lit que j’aimerais présenter au prochain salon de Mons, en novembre. Peut-être y aura-t-il encore l’une ou l’autre nouvelle ici et là. À voir… À part ça, quand je m’en donne la peine, je suis capable d’écrire un premier jet de 50.000 en un mois chrono. Il faut savoir aussi que mon premier jet est revu et corrigé au fur et à mesure de l’écriture et que je suis suffisamment structurée pour que le tout soit déjà passablement très cohérent. Donc, pas de gros changements par la suite.

 

4.    Utilises-tu des supports de communication ? Homme-sandwich, chien, voiture ? Assistant ?

Mon assistant est mon meilleur atout. En même temps, il me sert aussi de muse. C’est du tout en un ! À part ça, mon site internet, les réseaux sociaux, et parfois, rarement, des encarts dans la feuille de chou locale, mais… sachant que je vis en UK et que j’écris en français… J’ai bien une traductrice qui attend mon feu vert, mais pour l’instant, je n’ai pas encore franchi le cap. Mais j’y pense, j’y pense… Ça fait son chemin.

VENDREDI – Jour de Vénus – On va parler de la personne derrière l’auteur… Ben oui ! On sait que dans ce corps de plume, de comptes de lectures et de stratégie marketing bat un cœur humain. Respire, il n’y a que 3 questions.

 

1.    Chocolat Suisse ou Belge ?

Anglais ! Que j’ai découvert depuis que je vis en UK. Cadbury qu’y s’appelle. Mais vu que maintenant je ne mange quasiment que du chocolat noir, on a vite fait le tour.

 

2.    Pastafariste ou d’une autre religion ?

Je t’ai déjà dit que j’étais née chamane ? Par conséquent, pas de religion, pas même la Wicca ou le paganisme, car le chamanisme ne se soumet à aucun dogme, quel qu’il soit.

 

3.    Tu vois une grande femme comme moi, que lui dis-tu pour la séduire ?

« J’ai des copines tout aussi grandes, vous voulez que j’organise une rencontre ? » Ou alors : « Il est beau le monde, vu d’en haut ? »

SAMEDI – Jour de saturne et jour de salons, souvent. Tu me vois venir ? Bien. Tant mieux, on y va, alors.
En deux questions, t’as tout compris.

 

1.    Acceptes-tu le liquide ? Bière, café, chocolat, comme mode de paiement ?

Yes ! Le truc, c’est de garder ce liquide pour le percepteur d’impôts. Et ça, c’est pas gagné.

 

2.    Et si on te paie en nature, comme en pâtes, ça te va aussi ?

Heureusement que tu précises, pour les pâtes. Parce que moi, si tu me dis « nature », je pense tout de suite à des trucs… Mais là, je ne pense pas que Ragnar serait d’accord. Et soyons honnête, moi non plus d’ailleurs. Mais oui, comme pour le liquide, dans mon activité de chamane, il arrive parfois que je reçoive un panier de légumes, un poulet ou un kilo de pommes. Et ça me va très bien. Ce qui est important, c’est la valeur que l’on donne aux choses.

DIMANCHE – Jour du dieu soleil – Jour où on en profite souvent pour se la couler douce. Je ne poserais qu’une question et tu feras le reste. Ok ? T’as carte blanche.

 

Et 10 lignes pour ne pas fatiguer nos lecteurs. C’est parti.

1.    Au resto, entrée ou dessert ?

Oh ! LA question piège ! Je sais pas pour toi, mais en ce qui me concerne, mes goûts ont vachement évolués. Avant, j’étais systématiquement dessert. Sans hésiter. Maintenant, je suis plutôt adepte d’un bon plat principal, sans entrée ni dessert. Avec un verre de vin ou de champ’ ou de cidre parfumé aux baies rouges. Quoiqu’il en soit, je reconnais que je suis tout de même plus sucrée que salée, plus sponge cake qu’olives vertes.

Marushka-Tziroulnikoff-dimanche

Vous êtes aussi auteur et vous voulez être interviewé par mes gracieuses jambes ? Venez ici pour avoir quelques idées de ce qu’il faut montrer pour passer sur ma table de kiné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.