Myriam Esser-Simons

Interview de Myriam Esser-Simons

Myriam était présente le samedi et dimanche à Mons. Elle est aussi  membre du groupe du Comptoir de la culture, comme je l’ai expliqué dans mon article. Donc, il fallait que je passe la voir !  J’en avais d’ailleurs parlé dans mon projet de visites.

Déjà, si vous voulez faire sa connaissance, vous pouvez la retrouver sur Facebook ou sur Edilivre.

LUNDI – Jour de la lune – On commence la semaine ! Hop hop hop ! 7 questions sur… Toi. Présente-nous l’Auteur / Autrice

 

Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse pas.

1.    As-tu un(e) assistant(e) comme moi ?

(dans ta vie personnelle, professionnelle, pour toute tâche ingrate, etc.)

Mon mari est coauteur de mon ouvrage « Balade Culinaire à travers les siècles, illustrée de nombreuses recettes, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours » (16 volumes au total).
Il m’aide pour tout ce qui est informatique. Bien qu’ayant fait du grec et du latin en philologie romane à l’Université de Bruxelles, je suis aidée par mon mari, agrégé de grec et de latin, pour tout ce qui relève de la civilisation gréco-romaine.

2.    Quel est ton objet fétiche ?

(Stylo, chaussettes, bouteille de bière, etc.) Explique-nous.

Je n’ai pas d’objet fétiche, si ce n’est mon alliance, symbole d’un amour éternel avec mon mari.

3.    Je te propose une soirée avec un auteur, quel est ton programme ?

Je lui pose des questions sur son livre, sur son style, etc. Puis je lui parle de mon ouvrage.

 

4.    Un lecteur idéal ? Raconte-le. Un authentique, un vrai, élevé au bon grain.

Un historien érudit, féru de gastronomie.

5.    Un de tes personnages à nous présenter : que voudrais-tu lui dire ?

Le samovar russe. Je lui dirais qu’il est le symbole d’une longue tradition russe et que j’en ai un exemplaire (du temps des Tsars) chez moi, trônant dans mon living.

6.    Décris-nous ta position préférée.

Pour écrire ? Assise dans un fauteuil ou sur une chaise, face au jardin.

7.    Portes-tu une tenue particulière pour écrire ?

Satin, dentelle, coton ? Non, mais bien pour présenter mes livres lors d’un salon : je participe alors à la comédie sociale.

Myriam Esser-Simons

MARDI – Jour de Mars – Auteur certes, Lecteur aussi ? Si tu ne lis pas, tu vas au ciné ou tu regardes des films, des séries… Et si tu ne fais pas ça de ta caverne, tu dois jouer à des jeux vidéo ? Au fait, c’est 6 questions aujourd’hui.

 

1.    Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse toujours pas.

Qu’oses-tu nous dire à propos de tes vices avouables dans tes lectures (filmographie/ludothèque) ?
J’aime beaucoup « Les bijoux indiscrets » de Diderot ou encore « Les 120 journées de Sodome » du Marquis de Sade.
 

2.    En musique ou non ?

Pratiques-tu ton loisir en musique ou non ?

Non, je vis dans le silence et, si je veux vraiment écouter de la musique, je me concentre uniquement sur celle-ci. J’aime particulièrement Jean-Sébastien Bach et la musique baroque.

  1. Comment peut-on te séduire ?
    Certainement pas en me disant que j’ai de belles dents, ce qui est exact mais en me félicitant pour mon beau sourire. J’aime aussi qu’on apprécie mes qualités intellectuelles.

3.    Ebook ou papier ? Audiolivre ? Gros caractères ?

(Ou si tu ne lis pas : Adepte aux films TV ou écran ? Ou juste le son pendant que tu fais autre chose ?)
Je lis presque exclusivement des livres au format papier, j’aime les gros caractères comme dans les ouvrages d’Amélie Nothomb.

4.    Lis-tu des confrères ?

(Ou BD, revues, nouvelles, etc… fonctionne aussi si tu ne lis pas)

Oui, Michel Houellebecq (« Soumission ») ; Alain Finkielkraut (« A la première personne ») et presque tout Nothomb…

5.    Lis-tu des notices ?

Même de jeux vidéo

Oui, les notices des médicaments ; celles des modes d’emploi…

MERCREDI – Jour de Mercure (pas le thermomètre) –  Parle-nous de ce qui t’anime en tant qu’auteur. Tu as 5 questions

 

Tu connais le chemin de la table du kiné… Une petite bière ?

1.    Ton signe astrologique ? Certains signes sont moins animés que d’autres, le savais-tu ?

Oui, je le savais. Je nage entre deux eaux, puisque je suis du signe du poisson.

2.    Comment inventes-tu tes titres ?

Je les mets après avoir écrit, pour trouver le titre correspondant le mieux à l’ouvrage en question.

 

3.    Ton temps de présence sur les réseaux sociaux ? Est-ce que tu fais tout ?

C’est surtout mon mari qui passe beaucoup de temps sur les réseaux sociaux me concernant.
Il m’appelle pour que je lise les éléments importants qui y apparaissent.

  1. Une âme de coach ? Pourrais-tu coacher un autre auteur débutant ?

Oui, puisque dans l’Ebook recueil de nouvelles du Comptoir de la Culture, j’ai corrigé des auteurs, tant du point de vue orthographique, grammatical que stylistique.
J’ai également donné des conseils à ces auteurs et je les ai encouragés.

4.    Jusqu’où irais-tu pour un salon ?

Distance, demandes, etc…

J’ai sillonné toute la Wallonie. J’ai participé aussi au Salon de Bruxelles. Je voudrais bien aller à Paris mais quand la situation se sera calmée.

JEUDI – Jour de Junon – Bon, je sais, tout le monde attend. J’en ai même entendu qui trépignent devant leur écran d’où je suis.
Alors, parle-nous de tes livres. En 4 questions… Hé hé. Pas si simple, hum ? Attends de voir la suite.

 

Installe-toi confortablement sur la table de kiné, pose ta tête au milieu du trou et vas-y, nous t’écoutons.

  1. Un juge te demande de défendre ton dernier livre devant sa cour. Que lui dis-tu ?

Je lui dis que mon ouvrage « Balade Culinaire à travers les siècles » n’est pas un simple recueil de recettes mais qu’il se veut, avant tout, historique voire encyclopédique.
Mon objectif est non seulement de traiter de la cuisine des XIXème et XXème siècles mais aussi de faire connaître l’art culinaire des siècles précédents (je suis remontée jusqu’à l’Antiquité biblique et gréco-romaine) et suivant (notre XXIème siècle et ses chefs étoilés).
Ce livre intéressera particulièrement tant les fins gourmets que les lecteurs férus d’histoire de la gastronomie.

1.    Où peut-on te trouver sur le net ? (Réseaux, salons…)
Ton adresse postale ? hé hé hé

Sur le net, j’ai une page Facebook (« Balade culinaire à travers les siècles ») et un journal.
Je participe aux groupes du Comptoir de la Culture et de la Passerelle des Arts.
Je vais présenter mon ouvrage en 16 volumes et en lire un extrait sur YouTube (Le coin des auteurs), le mardi 3 décembre.
Mes livres se trouvent bien sûr aux Editions Edilivre (mon éditeur) mais aussi sur Amazon, sur Chapitre.com…aux formats papier et/ou numérique. 

2.    Combien de temps pour conclure ?
Ton livre, bien sûr !

La conclusion générale, relative aux 16 volumes, a pris peu de temps (deux ou trois jours), comparée au travail énorme de recherches, de traductions, de rédaction… que représentait l’ouvrage en lui-même (dix à quinze ans).

3.    Utilises-tu des supports de communication ? Homme-sandwich, chien, voiture ? Assistant ?

Mon mari m’encourage beaucoup pour la réalisation de mon ouvrage.

 

– Ton mari t’accompagne aussi aux salons, ce qui est pratique si tu veux sortir un peu du stand pour aller à la rencontre d’autres auteurs. Merci monsieur Myriam !

VENDREDI – Jour de Vénus – On va parler de la personne derrière l’auteur… Ben oui ! On sait que dans ce corps de plume, de comptes de lectures et de stratégie marketing bat un cœur humain. Respire, il n’y a que 3 questions.

 

1.    Chocolat suisse ou belge ?

Chocolat belge !

2.    Pastafariste ou d’une autre religion ?

Comme nombre d’entre nous en Belgique ou en France, nous appartenons à la civilisation judéo-chrétienne. Personnellement, je ne pratique aucune religion mais cela ne veut pas dire que je n’ai aucune spiritualité.

3.    Tu vois une grande femme comme moi, que lui dis-tu pour la séduire ?

Ô Gracieuse, comme tu es belle dans cet habit qui te sied à merveille !
Tu me parais très intelligente et pleine de gentillesse.

SAMEDI – Jour de saturne et jour de salons, souvent. Tu me vois venir ? Bien. Tant mieux, on y va, alors.
En deux questions, t’as tout compris.

 

1.    Acceptes-tu le liquide ? Bière, café, chocolat, comme mode de paiement ?

Oui, bien sûr et même vin rouge, champagne…

2.    Et si on te paie en nature, comme en pâtes, ça te va aussi ?

Si on m’invite dans un bon restaurant, cela me fait le plus grand plaisir.

DIMANCHE – Jour du dieu soleil – Jour où on en profite souvent pour se la couler douce. Je ne poserais qu’une question et tu feras le reste. Ok ? T’as carte blanche.

 

Et 10 lignes pour ne pas fatiguer nos lecteurs. C’est parti.

1.    Au resto, entrée ou dessert ?

Je préfère le salé/poivré au sucré, donc les entrées, quoique, actuellement, les grands chefs étoilés
(Pierre Gagnaire, Alain Passard…) mêlent subtilement et judicieusement les saveurs, qu’elles soient salées ou sucrées.
Les huîtres en coquilles, qu’elles soient présentées chaudes ou froides.
La salade de homard, dont les chairs sont mêlées à des feuilles de laitue et des tranches d’œufs durs, avec, comme garniture, des câpres, des cornichons, des rouelles et filets d’anchois, le tout assaisonné, vinaigré et huilé, avec un soupçon de moutarde, me plaît.   
De même, je préfère les crêpes salées en entrée au crêpes sucrées en dessert.
Je citerais, à titre d’exemple, les crêpes sauce Mornay, auxquelles on ajoute notamment, dans la pâte, du cognac. Quand les crêpes sont cuites, on y étend une couche assez épaisse de sauce Mornay, c’est-à-dire une béchamel agrémentée de fromage râpé.

Bon appétit !

Myriam Esser-Simons

Myriam Esser-Simons

Vous êtes aussi auteur et vous voulez être interviewé par mes gracieuses jambes ? Venez ici pour avoir quelques idées de ce qu’il faut montrer pour passer sur ma table de kiné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.