fbpx

Interview de Anne Libotte

Anne était présent au salon du livre, le samedi et dimanche à Mons.
Sur Facebook, sur Instagram, et bien sûr chez l’ASBL Entre deux pages, indissociable.  

Elle écrit des livres pour enfants, et en propose aussi pour les enfants dyslexiques, voilà pourquoi je l’avais repérée depuis un moment. Et aujourd’hui, j’ai même pu l’interviewer pour que vous puissiez encore mieux la connaître.

En avant pour la gracieuse interview de Anne Libotte ! Hop hop hop !

LUNDI – Jour de la lune – On commence la semaine ! Hop hop hop ! 7 questions sur… Toi. Présente-nous l’Auteur / Autrice

Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse pas.

1.    As-tu un(e) assistant(e) comme moi ?

(dans ta vie personnelle, professionnelle, pour toute tâche ingrate, etc.)

Pierre, mon mari, est mon assistant personnel et professionnel. Il est exceptionnel, il m’épaule 24h sur 24. Il en fait souvent beaucoup trop, mais c’est plus fort que lui. Il me pousse, me motive, me décharge d’un tas de choses. Il est mon conseiller (même si, finalement, on fait comme j’ai décidé), il est mon secrétaire, mon comptable, mon cuisinier, mon coursier… j’arrête, la liste est trop longue (rire). En tout cas, c’est grâce à lui que j’en suis arrivée là.

2.    Quel est ton objet fétiche ?

(Stylo, chaussettes, bouteille de bière, etc.) Explique-nous.

Je ne me souviens pas avoir déjà eu un objet fétiche, ni même un doudou. Quand j’étais petite, je tournais les boucles de mes cheveux sur le bout de mes doigts, pour m’endormir. Depuis que j’écris, j’ai un gilet de laine qui me suit partout, même sur les salons. Il est tout déformé, mais j’aime l’avoir à portée de main. Quand je le porte, je me sens bien. J’ai souvent froid quand je reste longtemps assise à écrire alors j’ai aussi une grosse écharpe toute douce.

3.    Je te propose une soirée avec un auteur, quel est ton programme ?

Sans hésiter, une soirée calme au coin d’un feu, dans un salon style anglais et garni de bibliothèques de livres anciens qui sentent le vieux papier jauni. Nous parlerions livres, évidemment, mais aussi de notre parcours. On n’a souvent pas idée des chemins détournés que nos vies ont dû prendre pour arriver là où nous sommes.

4.    Un lecteur idéal ? Raconte-le. Un authentique, un vrai, élevé au bon grain.

Pour moi, le lecteur idéal c’est celui qui arrive à lâcher prise du monde réel pour se glisser littéralement entre les pages de son livre. C’est celui qui a très envie de connaître la fin de l’histoire, mais en même temps qui n’a pas envie qu’elle se termine. C’est celui qui après sa lecture à des difficultés à se retrouver dans la vie réelle, ce qui l’oblige à attendre que cela se passe, avant d’entamer la lecture d’une autre histoire et ensuite, tout recommence.

5.    Un de tes personnages à nous présenter : que voudrais-tu lui dire ?

Le personnage qui me tient le plus à cœur est celui de « Zaza », une petite métisse de cinq ans. Ma rencontre avec Zaza, qui en réalité n’est pas une petite fille, à réellement existé et de cette rencontre est née une belle amitié. Malheureusement, un malentendu nous a séparées. Aujourd’hui, il me reste mon personnage pour me souvenir d’elle. Je lui dirais qu’elle me manque.

6.    Décris-nous ta position préférée.

Pour écrire ?

J’ai installé mon bureau en face d’une fenêtre qui donne sur le jardin. Dans la glycine toute proche, Pierre y a suspendu toutes sortes de mangeoires pour les oiseaux. De temps à autre, je m’arrête pour les observer.

7.    Portes-tu une tenue particulière pour écrire ?
Satin, dentelle, coton ?

Des vêtements dans lesquels je me sens bien et évidemment, le fameux gilet et mon écharpe toute douce.

MARDI – Jour de Mars – Auteur certes, Lecteur aussi ? Si tu ne lis pas, tu vas au ciné ou tu regardes des films, des séries… Et si tu ne fais pas ça de ta caverne, tu dois jouer à des jeux vidéo ? Au fait, c’est 6 questions aujourd’hui.

 

Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse toujours pas.

1.    Qu’oses-tu nous dire à propos de tes vices avouables dans tes lectures (filmographie/ludothèque) ?

Mais, je n’ai aucun vice… ni de clou d’ailleurs (rire). Bon, alors…j’aime bien les films de Noël à l’eau de rose.

2.    En musique ou non ?

Pratiques-tu ton loisir en musique ou non ?

Pour l’écriture, la musique instrumentale m’inspire beaucoup, genre de musique de film, piano ou violon, mais en sourdine. Pendant la mise en page de mes livres, ce sont plutôt des chansons anglaises ou françaises. J’adore chanter, je chante partout. Bon, comme je ne connais pas les paroles, c’est du style : « Là, là, là… ! ».

3.    Comment peut-on te séduire ?

Pas facile celle-là ! Je ne suis pas difficile et je m’adapte aisément. Mais, les soirées à deux ou entre amis, cool tranquille, un peu de musique, un repas léger, un verre de vin et un dessert au chocolat.

4.    Ebook ou papier ? Audiolivre ? Gros caractères ?

(Ou si tu ne lis pas : Adepte aux films TV ou écran ? Ou juste le son pendant que tu fais autre chose ?)

Pour la lecture, le papier, sans hésitation. Les films TV, oui. Le cinéma, il y a très longtemps. La musique, tous les jours.

5.    Lis-tu des confrères ?

(Ou BD, revues, nouvelles, etc… fonctionne aussi si tu ne lis pas)

J’accumule les livres des confrères, mais je ne suis pas encore arrivée à prendre le temps de les lire. Comme mon lecteur idéal, j’attends le moment idéal pour me laisser glisser entre les pages.

6.    Lis-tu des notices ?

Même de jeux vidéos

Oui, toutes les notices. Non, bon, plus souvent en diagonale et seulement quand elles sont vraiment lisibles, ce qui n’est pas toujours le cas.

MERCREDI – Jour de Mercure (pas le thermomètre) –  Parle-nous de ce qui t’anime en tant qu’auteur. Tu as 5 questions

 

Tu connais le chemin de la table du kiné… Une petite bière ?

 

1.    Ton signe astrologique ? Certains signes sont moins animés que d’autres, le savais-tu ?

Je pense que chaque signe agit différemment selon la personne et différents critères. Moi, je suis scorpion, ascendant capricorne et je n’ai aucune idée du résultat que cela peut faire. Il faudrait demander à mon ami, Jean Bouchat, il est spécialiste en la matière et aussi écrivain.

2.    Comment inventes-tu tes titres ?

Cela varie d’un livre à l’autre, pour mon roman « Les petites Parisiennes », j’avais le titre avant d’écrire l’histoire. Le titre m’est venu en voyant l’illustration qui a servi à faire la couverture. C’est seulement après que j’ai écrit l’histoire. Pour les autres, c’est en fonction de l’histoire elle-même, d’un des personnages ou de l’endroit où l’histoire se passe.

3.    Ton temps de présence sur les réseaux sociaux ? Est-ce que tu fais tout ?

Je suis connectée en permanence. Oui, comme les jeunes. Pour ce qui est de faire tout, disons que je me débrouille. J’apprends sur le tas.

4.    Une âme de coach ? Pourrais-tu coacher un autre auteur débutant ?

Je pense que je pourrais, mais juste pour le guider dans sa démarche. Pour le reste, chacun son imagination et sa créativité. Parfois, quand je vais dans les classes parler de mes livres, je donne quelques conseils aux jeunes qui ont envie de se lancer dans l’écriture.

5.    Jusqu’où irais-tu pour un salon ?

Distance, demandes, etc…

Je serais prête à aller partout si mes finances me le permettent et à condition que le salon m’inspire ou soit reconnu. Le plus loin que je sois allée, pour participer à des salons, c’est à Buzet-sur-Baïse et Montcuq dans le sud-ouest de la France. Pour 2020, j’ai prévu Mazamet, aussi dans le sud-ouest de la France et peut-être Rocamadour, on verra. Un de mes rêves, serait de participer au salon du livre jeunesse de Montreuil (Paris).

JEUDI – Jour de Junon – Bon, je sais, tout le monde attend. J’en ai même entendu qui trépignent devant leur écran d’où je suis.
Alors, parle-nous de tes livres. En 4 questions… Hé hé. Pas si simple, hum ? Attends de voir la suite.

 

Installe-toi confortablement sur la table de kiné, pose ta tête au milieu du trou et vas-y, nous t’écoutons.

 

1.    Un juge te demande de défendre ton dernier livre devant sa cour. Que lui dis-tu ?

Monsieur le Juge, mon dernier livre, ainsi que les trois précédents, a été adapté pour les enfants dyslexiques ou en apprentissages de la lecture. Des enfants dyslexiques, qui en général ont très peur de lire. Il faut que vous sachiez, que ces livres sont déjà visibles à la bibliothèque de l’université de Laval à Québec, à la Fédération Nationale des Orthophonistes à Paris, à la bibliothèque du CRIAC à Charleroi, au centre PMS Provincial de La Louvière, à la VIQ, dans plusieurs Bibliothèques des Hautes Écoles Louvain en Hainaut (HELHA)… Monsieur le Juge, je vous en conjure, vous ne pouvez, en aucun cas, passer à côté d’une occasion pareille, de diffuser ces livres, exceptionnels, qui de plus vont aider des tas d’enfants et leur donner l’envie de lire. N’est-ce pas là le plus important ? Monsieur le Juge, j’ai dit !

2.    Où peut-on te trouver sur le net ? (Réseaux, salons…)

Ton adresse postale ? hé hé hé

Mon adresse qui est aussi celle de ma maison d’édition : 153, Rue du coucou, 6010 Couillet

Sur le site de la maison d’édition « Entre 2 Pages » : www.entre-deux-pages.com

Sur Facebook : Les Éditions « Entre 2 Pages » ASBL / Anne Libotte

Sur Facebook page privée : Anne Libotte

Sur Instagram : Anlibotte

Sur Twitter : @libotteanne2

Sur Linkedin : https://be.linkedin.com/company/entre-2-pages?trk=public_profile_position_group_header

Les prochains salons pour l’année 2019: Les 7 et 8 décembre, au salon du livre jeunesse de Jurbise. Les 13, 14, 15 décembre, au marché de Noël des artisans à l’arsenal de Namur. Le 17 décembre, au marché de Noël de la couveuse d’entreprise SACE à l’ancienne caserne de Charleroi.

3.    Combien de temps pour conclure ?

Ton livre, bien sûr !

Tout dépend du livre, pour un roman, entre un et deux ans et pour un livre jeunesse, plusieurs semaines d’écriture. Ensuite, il faut trouver un illustrateur, mettre en page et imprimer, je dirais minimum six mois.

4.    Utilises-tu des supports de communication ? Homme-sandwich, chien, voiture ? Assistant ?

En dehors des réseaux sociaux et des salons du livre, je fais partie d’un groupe de femmes entrepreneuses « Madame Network », je suis présente lors de vernissages, d’expositions artistiques, lors de soirées de réseautage… Pour le début de l’année prochaine, j’ai le projet de m’attaquer aux librairies, non pas pour les cambrioler, mais pour y déposer mes livres.

VENDREDI – Jour de Vénus – On va parler de la personne derrière l’auteur… Ben oui ! On sait que dans ce corps de plume, de comptes de lectures et de stratégie marketing bat un cœur humain. Respire, il n’y a que 3 questions.

 

1.    Chocolat Suisse ou Belge ?

CHOCOLAT, blanc, noir, au lait… belge, suisse, italien… CHOCOLAT, CHOCOLAT, CHOCOLAT… !!! J’adore le chocolat !

2.    Pastafariste ou d’une autre religion ?

Croire aux pâtes et boulettes volantes, aux licornes roses ou en autre chose, peu importe ce, en quoi nous croyons. L’important c’est de croire en quelque chose, c’est cela qui nous aide et nous soutient. Personnellement, je crois en l’énergie de l’univers. Tout est énergie, tout se transforme et tout est éphémère.

3.    Tu vois une grande femme comme moi, que lui dis-tu pour la séduire ?

J’aurais bien envie d’aller voir si le monde est plus beau de là-haut ! Tu m’invites à te rejoindre ?

Anne libotte

SAMEDI – Jour de saturne et jour de salons, souvent. Tu me vois venir ? Bien. Tant mieux, on y va, alors.
En deux questions, t’as tout compris.

 

1.    Acceptes-tu le liquide ? Bière, café, chocolat, comme mode de paiement ?

On va laisser la maison d’édition s’occuper de tout ça et nous on se fait offrir un café, une bière, un chocolat… Moi, ce sera un café !

2.    Et si on te paie en nature, comme en pâtes, ça te va aussi ?

Pareil, laissons la maison d’édition faire son boulot et allons manger un bout ensemble.

Ah, j’oubliais ! Pour les pâtes, ce sera sans gluten.

DIMANCHE – Jour du dieu soleil – Jour où on en profite souvent pour se la couler douce. Je ne poserais qu’une question et tu feras le reste. Ok ? T’as carte blanche.

 

Et 10 lignes pour ne pas fatiguer nos lecteurs. C’est parti.

1.    Au resto, entrée ou dessert ?

Pour le resto, c’est le samedi soir et plus souvent pour faire une coupure entre deux jours de salon. Soit à deux ou avec d’autres amis auteurs. Je ne suis pas une grosse mangeuse, donc, ce sera entrée et dessert ou plat et dessert. Depuis que je suis tombée dedans, pas dans la potion magique, mais dans la passion de l’écriture, le dimanche est devenu un jour comme les autres, si non plus fatiguant que les autres. La plupart du temps, mes weekends sont consacrés à des séances de dédicaces sur les salons, mais quand il n’y a pas de salons (ce qui est rare), j’écris ou je me plonge dans tout ce qui tourne autour de la publication d’un livre (mise en page, correction, mails aux illustrateurs, à l’infographiste, travail de marketing…) Parfois, j’en arrive à oublier que l’on est dimanche. Passer plus de temps avec ma famille, mes enfants et petits-enfants est à la première bonne résolution de l’année 2020.

Et puis, il peut se passer tellement de choses « Entre 2 Pages » !

Anne libotte

Vous êtes aussi auteur et vous voulez être interviewé par mes gracieuses jambes ? Venez ici pour avoir quelques idées de ce qu’il faut montrer pour passer sur ma table de kiné.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.