Interview de Eugénie Ducher

Eugénie Ducher

Eugénie Ducher a démarré sa carrière professionnelle en 2002, en tant que rédactrice.
Depuis, elle n’a jamais cessé d’écrire, que ce soit dans le cadre de ses activités professionnelles ou personnelles. Détentrice d’un Master en communication, elle est devenue formatrice et a rédigé en parallèle des articles de presse et de promotion pour les différents établissements prestigieux pour lesquels elle a travaillé.
Au fil des années, elle s’est spécialisée dans la rédaction d’articles de vulgarisation scientifique.
Eugénie a écrit des romans comme :
1er roman : Neuf mois d'Enfer @humour @grossesse @emotions @Otabou
2ème roman : Dans tes rêves @reves @esotérisme @aventure @psychologie

LUNDI – Jour de la lune – On commence la semaine ! Hop hop hop ! 7 questions sur… Toi. Présente-nous l’Auteur / Autrice

Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse pas.

1. As-tu un(e) assistant(e), comme moi ?
(dans ta vie personnelle, professionnelle, pour toute tâche ingrate, etc.)

Si seulement…
Malheureusement non. Par contre j’assiste H24 mes trois filles, mon mari, ma petite sœur, mes deux chats (ouvrir et fermer les fenêtres quand ils veulent sortir en pleine nuit sous la pluie par exemple) et parfois même les inconnus dans la rue. Je suis née avec le syndrome du super héros, je me sens obligée d’aider tout le monde. Entre nous, c’est très ingrat comme don !

2. Quel est ton objet fétiche ?
(Stylo, chaussettes, bouteille de bière, etc.) Explique-nous.

Alors, j’ai passé des années avec un châpelet tout droit sorti de Fleury-Merogis (la prison pas la ville), puis je l’ai perdu lors d’un déménagement.
Depuis, j’alterne les gris-gris. Un pendentif Madone Gigi Clozeau, un Boudha venu de Tokyo, une statuette de femme qui fait du Yoga… Bref, beaucoup de symboles qui pourraient trahir ma recherche d’épanouissement spirituel.

3. Je te propose une soirée avec un auteur, quel est ton programme ?
Mes préférés sont morts, alors je ne vais pas faire la nunuche qui va te sortir des noms tout droit sortis de l’au-delà. Par contre, je donnerai beaucoup en ce moment pour passer une soirée avec mes copines auteures : Natalia Garro Magana et Fabienne Savarit. Deux femmes drôles et formidables dont j’ai dû mal à me passer au quotidien. Elles me boostent quand j’ai le moral en berne et me calme quand je suis dans le « trop plein ».

4. Un lecteur idéal ? Raconte-le. Un authentique, un vrai, élevé au bon grain.
Mes filles ! Non je rigole, elles ne lisent pas ce que j’écris.
En vrai, je dirai : ma tante Catherine alias tata Catherine. La seule à pouvoir me dire « C’est bien ma chérie, mais tu dis beaucoup de gros-mots dans ton livre ! » 😀

5. Un de tes personnages à nous présenter : que voudrais-tu lui dire ?
Et bien je m’adresserai à la narratrice de « Neuf mois d’Enfer ».
Je lui dirai : « Keep calm and tue ton mari ça ira mieux ». Visiblement c’est lui le problème selon les lectrices. Les lecteurs, eux, le qualifient de victime… Mouais…

6. Décris-nous ta position préférée.
Pour dessiner ?

Je ne dessine pas (à part des escargots et des lapins), mais j’écris partout, peu importe la position.
Idem pour le support, ordinateur, carnet, téléphone, ticket de caisse et même sur mes avant-bras. Si j’ai une idée, je ne veux pas prendre le risque de faire confiance à ma mémoire.
Mais ce que j’adore, c’est d’écrire allongée dans mon lit après une grosse et horrible journée (au boulot ou après une engueulade à la maison).
Je ne suis pas du genre à me mettre à pleurer ou faire des trucs comme ça, alors je vide tout par écrit.

7. Portes-tu une tenue particulière pour écrire ?
Satin, dentelle, coton ?

C’est trop la honte. Mais comme je suis une personne honnête je vais répondre.
J’ai un grand gilet jaune en laine pour traîner à la maison, il m’aide à me sentir « au chaud » et décontractée. Avec ça je porte des tee-shirts amples, des pantalons de survet’… Tu vois Marie-Anne Chazel dans le père noël est une ordure ? Oui « zézette épouse x » ? Ben je ressemble un peu à ça. Flippant hein ? Mais c’est radical pour éviter que mon mari et mes grandes ramènent des potes à la maison.

MARDI – Jour de Mars - Auteur certes, Lecteur aussi ? Si tu ne lis pas, tu vas au ciné ou tu regardes des films, des séries… Et si tu ne fais pas ça de ta caverne, tu dois jouer à des jeux vidéo ? Au fait, c’est 6 questions aujourd’hui.

Installe-toi sur cette table de kiné, et commençons. Non, je ne masse toujours pas.

  1. Qu’oses-tu nous dire à propos de tes vices avouables dans tes lectures (filmographie/ludothèque) ?
    Bon je sors les dossiers… En termes de livres, je n’ai pas grand-chose à cacher. Mais qu’est-ce que je peux lire comme poufiasses mag’ c’est affolant, je ne sais même pas pourquoi je les achète, c’est plus fort que moi, en plus ça revient cher à force. Sans doute qu’avec mon côté garçonne, je me sens trop déconnectée de ma féminité alors je compense comme ça.Puis il y a autre chose et si je ne le dis pas, mon mari va me faire chanter quand je serai connue et milliardaire alors je passe à table tout de suite : Oui, parfois je lis le Nouveau Détective !

  2. En musique ou non ?
    Pratiques-tu l’écriture en musique ou non ?
    Je fais tout et je vis en musique SAUF l’écriture.
    Quand j’écris, c’est moi qui compose et qui propose ; il n’y a pas de place pour deux artistes dans mon univers. (La fille mégalo)
    Mais le reste du temps : je chante, je danse… À mes yeux, la musique est plus importante que la nourriture.

  3. Comment peut-on te séduire ?
    En me faisant rire tout simplement.

    4. Lis-tu en Ebook ou papier ? Audiolivre ? Gros caractères ?
    (Ou si tu ne lis pas : Adepte aux films TV ou écran ? Ou juste le son pendant que tu fais autre chose ?)
    Je ne lis jamais sur écran, je n’ai que des livres brochés. Par contre, j’ai 40 ans de livres à mon actif donc malheureusement je ne trouve pas de bibliothèque assez grande pour les stocker. J’achète, je lis, si j’aime, je le termine, si je n’aime pas, je ne le termine pas. Et quoiqu’il en soit, ils finissent tous dans une boîte à livres. Comme je le citais dans mon mémoire de fin d’études : « L’érudition ne sert à rien si elle ne sert pas au plus grand nombre », impossible de te retrouver l’auteur là tout de suite, désolée mais le dit-mémoire est quelque part chez mes parents…

5. Lis-tu des confrères ?
(BD, revues, nouvelles, etc… fonctionne aussi si tu ne lis pas)Bien sûr et de tous les genres. Poèsies, BD, Mangas, thrillers, fantastiques… Je marche à l’envie du moment. Je suis assez compulsive pour mes achats de livres. Même si j’ai un faible pour les romans policiers, les essais en psychologie/psychiatrie, le féminisme et l’ésotérisme.

6. Lis-tu des notices ?
Même de jeux vidéos
Je DÉTESTE ça ! À part celles des médicaments pour mes enfants (par obligation et sens des responsabilités donc), je ne lis même pas les notices de jouets Kinder tellement ça me prend la tête. À croire que ces trucs-là ont été inventés par des ingénieurs pour que l’on se sente c… Je m’égare pardon, mais tu touches un sujet sensible.

MERCREDI – Jour de Mercure (pas le thermomètre) –  Parle-nous de ce qui t’anime en tant qu’auteur. Tu as 5 questions

Tu connais le chemin de la table du kiné… Une petite bière ?

1. Ton signe astrologique ? Je dis régulièrement dans mes horoscopes que certains signes sont moins animés que d’autres, qu’en penses-tu ?
C’est quoi cette question de Verseau ?
Je suis sagittaire et d’après ma fille Camille, grande fan d’astrologie, mon ascendant et mon signe lunaire seraient Bélier et Lion… Que des signes de feu qui expliqueraient mon tempérament comment dire…Agressif ? C’est n’importe quoi bordel !

2. Comment inventes-tu tes titres ?
Sujet tabou. Quand j’en propose, mon éditeur et mon entourage me persuade qu’il faut le changer, alors je me tais. 😀

3. Ton temps de présence sur les réseaux sociaux ? Est-ce que tu fais tout ?
Trop. Beaucoup trop de temps. Mes yeux et mes pouces sont en souffrance à cause de ça.
Et oui, je fais tout dessus à commencer par ma promo et ma commère.
Du coup, ça fait environ 2H par jour selon mon iphone.
Ne le dis pas à mes grandes stp, elles ne m’obéissent déjà pas mais si quelqu’un leur révèle un jour que je passe plus de temps sur Insta qu’elles deux réunies…ce sera l’Enfer tous les jours chez moi, pas que neuf mois ! #jeudemotsavecletitredemonbestseller

4. Une âme de coach ? Pourrais-tu coacher un autre auteur débutant ?
Absolument ! Dès que je vois une personne demandeuse sur les groupes d’auteurs Facebook, je propose mon aide. C’est mon côté super héros (ou sagittaire) ça 😉 Plus sérieusement, je suis formatrice en école supérieure et j’aime beaucoup transmettre mes compétences aux plus jeunes. J’aime aussi les rassurer sur un point : ils peuvent tout faire dans la vie, l’important c’est d’y croire et de travailler dur !

5. Jusqu’où irais-tu pour un salon ?
Distance, demandes, etc…
Partout en France. Mais si un jour un salon du livre français se tient à Barcelone ou à Tokyo, je fais mes valises. Ce sont mes villes de cœur. Je m’y sens chez moi là-bas.
D’ailleurs, dès que les frontières ouvrent, j’ai promis à mes filles de leur faire découvrir le Japon.


Tu veux retrouver d'autres interviews d'auteurs ? C'est ici !

JEUDI – Jour de Junon – Bon, je sais, tout le monde attend. J’en ai même entendu qui trépignent devant leur écran d’où je suis.
Alors, parle-nous de tes livres. En 4 questions… Hé hé. Pas si simple, hum ? Attends de voir la suite.

Installe-toi confortablement sur la table de kiné, pose ta tête au milieu du trou et vas-y, nous t’écoutons.

1. Un juge te demande de défendre ton dernier livre devant sa cour. Que lui dis-tu ?
Ce n’est pas une auto-biographie !!!
Les lecteurs (même certains de mes proches) continuent d’y voir un journal intime.
Certes, j’ai été enceinte plusieurs fois et je n’ai jamais aimé cela, comme la narratrice.
Certes, c’est écrit à la première personne du singulier et moi aussi je dis « je » quand je parle.
Certes, elle déteste sa belle-mère et les photos ringardes de mariés et de femmes enceintes, tout comme moi.
Mais CE N’EST PAS MOI qui parle dans ce roman c’est ELLE !
Pardon, je me suis énervée vite (comme elle sait très bien le faire aussi !) 

2. Où peut-on te trouver sur Internet ? (Réseaux sociaux, site, salons…)
Ton adresse postale ? hé hé hé  (tu peux donner les adresses pour aider à les trouver plus vite)
Facebook (Eugénie Ducher Auteur) – Insta (eugenieducher) – Ma page d’auteur Amazon et dans beaucoup de coins sympas en Gironde.
L’adresse postale c’est pour m’écrire des lettres de fans et m’envoyer des fleurs ? Vous pouvez le faire chez mon éditeur alors, on le trouve plus facilement et comme ça il verra que des gens aiment mes romans et il voudra encore me publier 😀
 

3. Combien de temps pour conclure ?
Ton livre, bien sûr !
Olala, c’est comme avec les hommes ça… Cela dépend du contexte !
En toute honnêteté, du premier mot à la dernière correction, mon premier roman m’a pris 2 ans au total. Après ce n’était pas sur du temps plein (Il paraît que je devais bosser pour gagner de l’argent et accessoirement m’occuper de mes enfants en parallèle).
Le second, je m’y suis mise soirs et WE pendant… je dirais, un an ? Il n’est pas encore publié mais il est quasi terminé. Après ce sera parti pour des séries de re-corrections ici et là mais on sera sur une durée totale de 12-18 mois je pense (comme l’affinage du Comté).

 
4. Utilises-tu des supports de communication ? Homme-sandwich, chien, voiture ? Assistant ?
Je n’avais pas pensé à utiliser des animaux jusqu’à ce que tu me poses cette question, merci pour l’idée. Je solliciterai donc mon mari dès ce WE et je l’enverrai en petite tenue avec une pancarte sur un carrefour giratoire très fréquenté. Pourvu qu’il ne finisse pas en garde à vue… J’ai besoin de lui pour aller à la déchetterie !
En attendant, j’utilise le plus efficace et le moins cher : le digital. Réseau sociaux, outils de mailing et infographie gratuits.

JEUDI – Jour de Junon – Bon, je sais, tout le monde attend. J’en ai même entendu qui trépignent devant leur écran d’où je suis.
Alors, parle-nous de tes livres. En 4 questions… Hé hé. Pas si simple, hum ? Attends de voir la suite.

Installe-toi confortablement sur la table de kiné, pose ta tête au milieu du trou et vas-y, nous t’écoutons.

1. Un juge te demande de défendre ton dernier livre devant sa cour. Que lui dis-tu ?
Ce n’est pas une auto-biographie !!!
Les lecteurs (même certains de mes proches) continuent d’y voir un journal intime.
Certes, j’ai été enceinte plusieurs fois et je n’ai jamais aimé cela, comme la narratrice.
Certes, c’est écrit à la première personne du singulier et moi aussi je dis « je » quand je parle.
Certes, elle déteste sa belle-mère et les photos ringardes de mariés et de femmes enceintes, tout comme moi.
Mais CE N’EST PAS MOI qui parle dans ce roman c’est ELLE !
Pardon, je me suis énervée vite (comme elle sait très bien le faire aussi !) 

2. Où peut-on te trouver sur Internet ? (Réseaux sociaux, site, salons…)
Ton adresse postale ? hé hé hé  (tu peux donner les adresses pour aider à les trouver plus vite)
Facebook (Eugénie Ducher Auteur) – Insta (eugenieducher) – Ma page d’auteur Amazon et dans beaucoup de coins sympas en Gironde.
L’adresse postale c’est pour m’écrire des lettres de fans et m’envoyer des fleurs ? Vous pouvez le faire chez mon éditeur alors, on le trouve plus facilement et comme ça il verra que des gens aiment mes romans et il voudra encore me publier 😀
 

3. Combien de temps pour conclure ?
Ton livre, bien sûr !
Olala, c’est comme avec les hommes ça… Cela dépend du contexte !
En toute honnêteté, du premier mot à la dernière correction, mon premier roman m’a pris 2 ans au total. Après ce n’était pas sur du temps plein (Il paraît que je devais bosser pour gagner de l’argent et accessoirement m’occuper de mes enfants en parallèle).
Le second, je m’y suis mise soirs et WE pendant… je dirais, un an ? Il n’est pas encore publié mais il est quasi terminé. Après ce sera parti pour des séries de re-corrections ici et là mais on sera sur une durée totale de 12-18 mois je pense (comme l’affinage du Comté).

 
4. Utilises-tu des supports de communication ? Homme-sandwich, chien, voiture ? Assistant ?
Je n’avais pas pensé à utiliser des animaux jusqu’à ce que tu me poses cette question, merci pour l’idée. Je solliciterai donc mon mari dès ce WE et je l’enverrai en petite tenue avec une pancarte sur un carrefour giratoire très fréquenté. Pourvu qu’il ne finisse pas en garde à vue… J’ai besoin de lui pour aller à la déchetterie !
En attendant, j’utilise le plus efficace et le moins cher : le digital. Réseau sociaux, outils de mailing et infographie gratuits.

VENDREDI – Jour de Vénus – On va parler de la personne derrière l’auteur… Ben oui ! On sait que dans ce corps de plume, de comptes de lectures et de stratégie marketing bat un cœur humain. Respire, il n’y a que 3 questions.

  1. Chocolat Suisse ou Belge ?
    Je ne suis pas difficile avec les bonnes choses. Peu importe du moment qu’il soit au lait et en forme de coeur.

  2. Pastafariste ou d’une autre religion ?
    À l’instar de la politique, je n’aime pas les questions sur la religion, donc je donne ma langue à la mère Michelin.
    Tout d’abord parce que c’est un sujet intime à mes yeux.
    Et ensuite, parce que ça n’attire que des ennuis de se prononcer sur ce type de sujet, c’est un peu comme dire sur les réseaux sociaux : « non mais le confinement ça ne sert à rien !!!! ».
    Par contre, je crois en la science (pas en tous les scientifiques), en l’avenir (qui ne peut pas être sans souci) et en mes rêves (même les plus fous, je sais qu’ils finissent toujours pas se réaliser !).


3. Tu vois une grande femme, comme moi, que lui dis-tu pour la séduire ?
« Ça te dis une bière après le boulot ? » Quoique non, ça je le dis même aux collègues que je ne veux pas séduire…juste quand j’ai envie de picoler et que je n’assume pas d’aller au VandB toute seule le soir. En plus, ils vont se faire des films s’ils lisent ça.
Par contre, si après la bière je propose un street fighter chez moi, c’est que la personne en face m’a beaucoup plu.

SAMEDI – Jour de saturne et jour de salons, souvent. Tu me vois venir ? Bien. Tant mieux, on y va, alors.
En deux questions, t’as tout compris.

1. Acceptes-tu le liquide ? Bière, café, chocolat, comme mode de paiement ?
Oui, comme avec le chocolat, je ne suis pas difficile avec l’argent puisque j’aime ça.
Alors j’accepte : espèces, chèque, paypal, bière si c’est une Chouffe blonde et Menu Whooper exceptionnellement. 

2. Et si on te paie en nature, comme en pâtes, ça te va aussi ?
Si c’est Tom Hardy qui veut me préparer des pâtes à la bolognaise, on peut s’arranger.

DIMANCHE – Jour du dieu soleil – Jour où on en profite souvent pour se la couler douce.
Je ne poserais qu’une question et tu feras le reste. Ok ? T’as carte blanche pour parler de ce qui t’intéresse et conclure cette interview. En 10 lignes pour ne pas fatiguer nos lecteurs. C’est parti.

Au resto, entrée ou dessert ?

 Dessert pardi ! Toute femme hystérique et souffrant de syndromes prémenstruels te diront cela voyons ! Ah, tu ne le savais pas, tu n’as donc pas lu mon roman « Neuf mois d’Enfer » (qui n’est pas une autobiographie) ?
Eugénie Ducher 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscris-toi !Et partageons autour des livres

Rejoins-nous pour recevoir mensuellement les doses de Gracieuse. Tu y trouveras des retours de lecture, des nouveautés sur les livres et d'autres sujets !